Partenaires
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 73 le Mar 1 Déc - 17:28
Marque-page social

Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de Pédiatrie-DZ sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de sur votre site de social bookmarking


Plus de kiné pour les bronchiolites ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Plus de kiné pour les bronchiolites ?

Message par ismano le Mer 14 Mar - 8:49

Les bronchiolites virales de l’enfant sont souvent bénignes. Aucun traitement médicamenteux n’a prouvé son efficacité sur l’intensité et la durée des signes cliniques. Les recommandations internationales sont limitées au traitement symptomatique, aspirations nasales, alimentation et oxygénation si nécessaire. La kinésithérapie traditionnelle, vibration, percussion et drainage postural n’a pas fait la preuve de son efficacité et n’est plus recommandée. Les techniques d’augmentation passive du flux expiratoire pour mobiliser les sécrétions font partie, par consensus, du schéma thérapeutique en France mais leur impact a été peu évalué.

Des pédiatres de Genève ont mené une étude prospective sur deux saisons de bronchiolites à virus respiratoire syncytial (VRS). Les enfants de moins d’un an hospitalisés, à l’exclusion de ceux avec une pathologie sous-jacente, ont tous bénéficié du traitement symptomatique. Des antibiotiques n’ont été administrés qu’en cas de suspicion d’infection bactérienne concomitante. La kinésithérapie a été appliquée ou non après tirage au sort par randomisation. Elle a consisté en une prolongation lente du flux expiratoire par pression thoracique et accélération de ce flux par pression d’intensité variable à différents volumes pulmonaires.

Au total, 99 nourrissons d’âge moyen 3,9 mois, ont eu soit une kinésithérapie (n=50) soit uniquement le traitement symptomatique (n=49), les paramètres cliniques d’admission étant comparables. Le temps moyen pour obtenir une amélioration clinique jugée grâce à un score portant sur l’alimentation, le sommeil et la SaO2 n’était pas significativement différent dans les 2 groupes : 2,9±2,1 jours vs 3,2±2,8 (P=0,45) de même que le rythme respiratoire. Cependant, le score respiratoire moyen associant rythme respiratoire, signes de rétraction et d’auscultation montrait une amélioration un peu plus rapide avec la kinésithérapie (P=0,044). Les complications de tous ordres traduisant la sévérité de la bronchiolite, globalement rares (n=19) étaient un peu moins fréquentes dans le groupe kinésithérapie (7 vs 12, P=0 ,21 NS). En conclusion, les nourrissons hospitalisés pour bronchiolite ne tirent pas un bénéfice évident de ce traitement.

Cette conclusion rejoint celle d’une étude multicentrique française (V Gajdos et coll. Journées Parisiennes de Pédiatrie 2009)


Pr Jean-Jacques Baudon


Rochat I et coll. : Chest physiotherapy using passive expiratory techniques does not reduce bronchiolitis severity: a randomized controlled trial. Eur J Pediatr 2012; 171: 457-62

avatar
ismano

Messages : 35
Date d'inscription : 14/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum